Les risques sanitaires

La Fédération des Chasseurs 04 participe au réseau SAGIR, réseau de surveillance des maladies infectieuses des oiseaux et des mammifères sauvages terrestres qui existe depuis 1955 et repose sur un partenariat entre les Fédérations des Chasseurs et l'Office Français de la Biodiversité.

La plateforme d'Epidémiosurveillance Santé Animale recence les dernières informations.

Grippe aviaire - Influenza aviaire

L'influenza aviaire est une maladie grave des oiseaux sauvages, captifs ou domestiques. Cette maladie très contagieuse et souvent mortelle pour les oiseaux est réglementée par le Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation (MAA), en lien avec le Ministère de la Transition Ecologique (MTE). 

Elle peut parfois représenter un risque pour l'homme, mais cela n'a pas été le cas en Europe depuis 2007.

Le niveau de risque est élevé depuis le 11 novembre 2022.

Pour les lâchers de gibier à plume :  les lâchers d'anatidés sont interdits, seuls les lâchers de galliformes peuvent avoir lieu, selon les conditions ci-après :

•    L'éleveur fournisseur doit réaliser un transport sécurisé après avoir obtenu une dérogation auprès de sa DDCSPP (valable 15 jours).

•    Le responsable de la société de chasse qui réceptionne le gibier devra signer et conserver une attestation sur l'honneur (qui restera valable toute la saison de chasse) et s'engager sur les points suivants :

o    les lâchers doivent précéder une action de chasse ;

o    les oiseaux seront tirés rapidement après le lâcher et dans des quantités importantes pour que la densité locale n'augmente pas (en adaptant le nombre d'oiseaux lâchés au nombre de chasseurs présents, etc.) ;

o    le lâcher doit être réalisé dans un territoire éloigné des zones de chasse au gibier d'eau.

L'arrêté minitériel du 17 septembre 2021 permet désormais de transporter les appelants même en niveau de risque élevé !

En résumé :

Plus d'interdiction avec dérogation mais une autorisation sous condition
Désormais, il n'y a plus d'interdiction de transport et d'utilisation des appelants pour la chasse au gibier d'eau lors de l'élévation du risque, mais une autorisation de transport et d'utilisation des appelants avec des conditions à respecter (traçabilité, biosécurité renforcée, plan d'analyses en fin de saison sur un échantillon qui sera défini plus tard en fonction des objectifs poursuivis).

Définition de 3 catégories de détenteurs d'appelants pour la chasse au gibier d'eau
3 catégories de détenteurs d'appelants pour la chasse au gibier d'eau sont définies comme suit :
-la catégorie 1 regroupant des détenteurs  qui détiennent en plus de ses appelants, 15 autres oiseaux au plus (basse-cour ou oiseaux d'ornement) et qui n'est pas en lien épidémiologique avec un établissement à finalité commerciale ;
-la catégorie 2 regroupant des détenteurs qui détiennent en plus de ses appelants, plus de 15 autres oiseaux mais qui n'est pas en lien épidémiologique avec un établissement à finalité commerciale ;
-la catégorie 3 regroupant des détenteurs qui sont en lien épidémiologique avec un établissement à finalité commerciale, quel que soit le nombre d'appelants détenus.

Obligation de déclaration des détenteurs d'appelants pour la chasse au gibier d'eau
Au-delà de l'obligation de baguage des appelants et de déclaration des détenteurs d'appelants pour la chasse au gibier d'eau (AM 29/12/2010), les détenteurs d'appelants devront renouveler cette déclaration, en précisant la catégorie dans laquelle ils se trouvent, avant chaque saison de chasse, à la FDC du département du lieu de détention. Cette déclaration entraînera l'émission par la FDC d'un récépissé qui permettra au détenteur de prouver cette déclaration en cas de contrôle.


Mesures de biosécurité à respecter en risque modéré et élevé
- Seuls les appelants d'un unique propriétaire ou détenteur sont présents simultanément sur un même lieu de parcage ou hutte de chasse en plus des appelants présents à demeure dans les parcs.
- Le propriétaire ou détenteur d'appelants respecte les mesures de biosécurité permettant de prévenir tout risque de diffusion du virus de l'influenza aviaire entre les appelants et les volailles domestiques ou autres oiseaux captifs (article 4 AM 01/08/2006) et prend toutes les dispositions nécessaires pour éviter la contamination des appelants pendant et après la chasse, et la contamination des oiseaux domestiques qu'il peut détenir par ailleurs. 

En risque modéré
Lorsque le niveau de risque est « modéré » soit dans le lieu de détention soit dans le lieu de chasse, le transport et l'utilisation des appelants sont autorisés dans les zones à risque particulier :
- en respectant les mesures de biosécurité citées ci-dessus et
- en limitant le nombre d'appelants transportés et utilisés à 30, les appelants  restant toute la saison sur le site de chasse ne sont pas comptés dans ces 30.

En risque élevé
Lorsque le niveau de risque est « élevé » soit dans le lieu de détention soit dans le lieu de chasse, le transport et l'utilisation des appelants sont autorisés dans le respect des mesures de biosécurité citées ci-dessus, y compris en zones à risque particulier, pour les catégories suivantes :
- les appelants d'un propriétaire ou détenteur de catégorie 1, dans la limite de 30, hormis les appelants présents à demeure sur le site de chasse
- les appelants déjà présents sur le site de chasse des propriétaires ou détenteurs des catégories 2 et 3 (sans transport).

Plan d'analyse des appelants pour la chasse au gibier d'eau ayant été utilisés en risque élevé
Les appelants utilisés pour la chasse en niveau de risque « élevé » seront soumis à un plan d'analyses en fin de saison sur un échantillon qui sera défini d'ici la fin de saison, en fonction des objectifs poursuivis (article 3 AM 01/08/2006).

Maladie d'Aujeszky

La maladie d'Aujeszky est due à un herpesvirus qui touche les suidés (porcs et sangliers) et, accidentellement, les carnivores (chiens, chats) et les ruminants. Les carnivores et les ruminants atteints meurent de cette maladie. Seuls les suidés peuvent en guérir et constituent alors des réservoirs à vie de virus, et peuvent le ré-excréter à la faveur d'un stress. 

Il n'existe pas de vaccin ayant une Autorisation de Mise sur le Marché pour les chiens.

Elle ne présente pas de risque pour l'homme.
Elle représente un risque important pour les chiens
 parce qu'elle touche le système nerveux central conduisant à une paralysie du pharynx, de fortes démangeaisons avec automutilation et à la mort en moins de 48 heures.
La contamination du chien se fait principalement par ingestion de sanglier contaminé, voire par morsure ou contact direct (action de chasse). Elle n'est pas contagieuse entre chiens et ne se transmet pas à l'homme.

Pour protéger vos chiens :

  • ne leur donner aucun produit cru de sanglier ;
  • faire bien cuire la viande de sanglier est la seule façon de réduire le risque de contamination (le virus n'est pas détruit à la congélation) ;
  • désinfecter dès que possible les plaies de chasse des chiens ;
  • éviter de mettre les chiens en contact avec les animaux prélevés.

Trichinellose

La trichinellose ne représente que quelques cas par an mais il peut y avoir des épidémies d'une dizaine de cas localement. C'est un parasite présent dans les muscles des sangliers, porcs, chevaux, carnivores.

Elle présente un risque pour l'homme par consommation de viande parasitée et insuffisamment cuite.

La viande de sanglier qui n'a pas été contrôlée en laboratoire et partagée par les chasseurs doit être cuite à cœur : la congélation n'est pas garantie à 100% contre la trichine.

Peste porcine africaine

La peste porcine africaine (PPA) est une maladie virale des porcs domestiques et les sangliers

Elle ne présente pas de risque pour l'homme.


Affiche SAGIR PAA

Autres maladies du gibier

Impact sanitaire : Carnivores (renards, chiens), batracien et sangliers essentiellement. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Maladie.

Impact sanitaire : Oiseaux.
Niveau de risque : Mortel.

Impact sanitaire : Touche les suidés (sanglier et porcs) et les lagomorphes. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Maladie.

Impact sanitaire : Oiseaux, jeunes mammifères sauvages et domestiques (lapereaux, marcassins, faons, veaux, porcelets…). Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Faunes : Mortel pour les jeunes. Humains : Maladie.

Impact sanitaire : Cervidés
Niveau de risque : Mortel à long terme.

Impact sanitaire : Renard, chiens ou chats (autres carnivores non sensibles), rongeurs. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Maladie.

Impact sanitaire : Ruminants domestiques et sauvages, lapins, lièvres et oiseaux.
Niveau de risque : Mortel.

Impact sanitaire : Les grands ruminants, les équidés, les petits ongulés domestiques et sauvages, les chiens. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Maladie.

Impact sanitaire : Ruminants domestiques, lapin, lièvre, ragondin. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Maladie.

Impact sanitaire : Tous les bi-ongulés sauvages et domestiques (bovins, ovins, caprins, suidés, cervidés …). Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Faune : Mortelle pour les jeunes. Humains : Maladie. 

Impact sanitaire : Ovins essentiellement et bovins pour les animaux domestiques, mais aussi les cerfs, chevreuils, et les mouflons.
Niveau de risque : Maladie.

Impact sanitaire : Le campagnol roussâtre est le principal réservoir, les murinés (mulots, rat, souris) et les microtinés (campagnols) sont aussi porteurs. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Maladie.

Impact sanitaire : Oiseaux sauvages ou domestiques. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Maladie.

Impact sanitaire : Carnivores (renard, chat sauvage), ruminants sauvages et domestiques, suidés, lagomorphes. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Faune : Mortel. Humains : Maladie.

Impact sanitaire : Chevreuil, cerf, chamois, ruminants domestiques.
Niveau de risque : Maladie.

Impact sanitaire : Toutes les espèces.
Niveau de risque : Mortel.

Impact sanitaire : Abeilles, invertébrés terrestres et aquatiques, oiseaux (surtout granivores).
Niveau de risque : Mortel.

Impact sanitaire : Ongulés de montagne (chamois et isards surtout, mouflon, bouquetin) essentiellement.
Niveau de risque : Mortel.

Impact sanitaire : Carnivores (chien, renard, blaireau). Le rat noir et d'autres mammifères pourraient également être parasités. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Maladie.

Impact sanitaire : Mammifères sauvages ou domestiques. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Faune : Maladie. Humains : Peut être mortel.

Impact sanitaire : Lapins et lièvres y sont très sensibles,  mammifères et oiseaux peuvent aussi être touchés. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Mortel..

Impact sanitaire : Rongeurs, sangliers, cervidés, oiseaux, bovins, chevaux, chiens. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Maladie.

Impact sanitaire : Lapin.
Niveau de risque : Mortel.

Impact sanitaire : Lapins sauvages et domestiques.
Niveau de risque : Mortel.

Impact sanitaire : Ruminants domestiques et sauvages, carnivores.
Niveau de risque : Mortel.

Impact sanitaire : Ruminants, porcins (porc et sanglier), lapins et lièvres (" peste du lièvre "), volailles, oiseaux (faisans: choléra , perdrix, pigeons), rats, carnivores. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Faune : Mortel. Humains : Maladie.

Impact sanitaire : Suidés : Sanglier, Porc.
Niveau de risque : Mortel.​

Impact sanitaire : Ongulés sauvages de montagne, chevreuils, ruminants domestiques.
Niveau de risque : Mortel.

Impact sanitaire : Porcs, sanglier, crustacés, poissons, chien, divers mammifères.Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Faune : Mortel. Humains : Maladie.

Impact sanitaire : Oiseaux, lagomorphes, suidés et ruminants.
Niveau de risque : Mortel selon la souche.

Impact sanitaire : Porcs et sangliers principalement, mais aussi chez les carnivores, ruminants, chevaux, oiseaux. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Maladie.

Impact sanitaire : Lièvre.
Niveau de risque : Mortel.

Impact sanitaire : Très fréquente chez les oiseaux, les ovins et les caprins, les ruminants sauvages (cervidés), les suidés, les carnivores et les bovins sont également sensibles. Transmissible à l'Homme.
Niveau de risque : Faune : Mortel chez les jeunes. Humains : Maladie.

Impact sanitaire : Oiseaux sauvages et domestiques, mammifères.
Niveau de risque : Mortel.

Impact sanitaire : Mammifères, oiseaux, reptiles. La faune sauvage en France est sensible à la tuberculose des bovins.
Niveau de risque : Faune : Mortel. Humains : Maladie.

Impact sanitaire : Rongeurs, sanglier, chat, chien, renard (ne sont pas tous connus).
Niveau de risque : Mortel.

Impact sanitaire : Cerf, biche, chevreuil.
Niveau de risque : Maladie.